Suède: Pop, l’enfant sans sexe..!!

0
1017
En Suède, où plusieurs crèches mettent en pratique la théorie du genre, un couple élève son enfant sans révéler son sexe. Et c’est loin d’être une première…
Nicolaigarden, la crèche où les mots « filles » et « garçons » n’existent pas

En octobre dernier, un nouveau pronom, « hen » a été introduit à la langue suédoise. Un pronom neutre, entre le « il » et le « elle », qui permet  de faire référence à quelqu’un sans avoir à préciser son sexe. Cette préférence de la neutralité, la crèche Nicolaigarden à Stockholm l’applique. Elle accueille 115 enfants entre 1 et 6 ans et a décidé de bannir les références masculines et féminines. Il n’est pas question de « filles » ou de « garçons » mais simplement « d’amis ».

L’histoire de Pop…
Fille ou garçon? On ne sait toujours pas. En 2009, un couple de Suédois déclenchait une polémique en indiquant qu’il ne voulait pas révéler le sexe  de son enfant de 2 ans. «Nous voulons que Pop grandisse librement, et non dans un moule d’un genre spécifique, ont raconté ses parents au quotidienSvenska Dagbladet. C’est cruel de mettre au monde un enfant avec un timbre bleu ou rose sur le front. Aussi longtemps que le genre de Pop restera neutre, il ne sera pas influencé par la façon dont les gens traitent les garçons ou les filles.»

Les deux parents, qui ont eu Pop à 21 ans, ont décidé de travailler à mi-temps, pour pouvoir s’occuper de lui, plutôt que de l’envoyer à l’école maternelle. L’enfant, décrit comme «confiant et stable», choisit lui-même ses habits. Parfois une robe, parfois un pantalon. Pour la coiffure, c’est également variable. «Pour moi, Pop n’est ni une fille ni un garçon, c’est seulement Pop», explique sa mère.

«De nombreux parents en Suède élèvent leurs enfants de façon aussi neutre que possible, dans le but de leur donner plus de possibilités, au lieu de les limiter», souligne Mia Sjöström, la journaliste qui a révélé l’affaire. Les parents de Pop ont fait quelques émules dans le monde: en 2011, un couple canadien décidait de taire le sexe de son bébé, Storm. L’an dernier, Sasha, 5 ans, entrait à l’école. Ses parents, britanniques, lui ont appris qu’il était un garçon: «Les filles et les garçons? C’est pareil», a-t-il répondu.

Grazia

NO COMMENTS