Le Subutex (drogue) menace la jeunesse tunisienne… L’état dort sur ses deux oreilles.

0
7460

Dans les rues et cafés tunisiens, un nouveau mot a pris place dans les discussions, ‘Sobitex’, en référence au Subutex, une drogue habituellement médicale. Depuis la révolution, le trafic de drogue, comme tous les autres trafics d’ailleurs, a connu une ascension très dangeureuse… La drogue provient des frontières passoires mais aussi de l’intérieur… Les trafiquants n’hésitent pas à faire du chantage et émaner des menaces physiques envers les médecins pour avoir les prescriptions de certains médicaments donnant les mêmes effets que les drogues les plus connues.

Dans la loi Tunisienne, de tels prescriptions sont insuffisantes pour obtenir de tels médicaments, il faut être accompagné d’un agent de police et d’une pièce d’identité pour que le pharmacien accepte de le vendre. Mais un laxisme voire une complicité de la police fait que les pharmaciens sont contraints à le donner, souvent sous les menaces. En appelant la police, ils risquent d’avoir une réponse frustrante… Apparemment, les policiers n’ont pas que ça à faire!

Les jeunes adonnés en manque de drogue, n’hésitent pas à commettre des vols et des braquages en plein jour… profitant d’une impunité frustrante. Des seringues partout, sur les plages, dans les rues… Un vrai risque de marcher pieds nus sur le sable!

Le Subutex est le médicament le plus utilisé dans les traitements de substitution à l’héroïne. Son principe actif permet en effet de réduire la sensation de manque, avec moins d’effets néfastes que la méthadone. Mais le Subutex est aussi très connu pour son usage détourné. Le Subutex crée en effet un sentiment de bien-être et un état de dépendance qui l’apparente à une drogue « Bon Marché ». Il peut être prescrit dès l’âge de 15 ans. Il se prend sous forme de comprimé, à faire fondre sous la langue. 

Le principe actif contenu dans le Subutex est la buprénorphine, une molécule proche de la morphine. La buprénorphine a la propriété de se fixer sur les récepteurs de certains neurones (récepteurs µ, ? et d). Or, ces récepteurs sont les mêmes que ceux utilisés par les opiacés de synthèse (les opioïdes). La buprénorphine a donc pour effet de limiter les effets de manque lié à la prise d’opioïdes.

Effets secondaires et effets indésirables du Subutex
Comme tout médicament, le Subutex peut entraîner des effets indésirables. Les plus fréquents sont les constipations, insomnies, maux de tête, vertiges, malaises, baisses de tension, nausées, vomissements, sensations de grande fatigue, sueurs… Plus rarement, des hallucinations, des allergies, une difficulté à respirer ou une hépatite peuvent apparaître. Le Subutex ne doit pas être associé à l’alcool et à certains médicaments psychotropes (benzodiazépines), car le risque devient alors mortel. Enfin, il faut savoir que le Subutex entraîne aussi un phénomène de dépendance, et que son arrêt doit se faire de manière progressive.

Les usages détournés du Subutex
Comme tous les produits de substitution, le Subutex fait l’objet d’un usage détourné. Il est utilisé comme drogue « bon marché ». Il peut alors être avalé, injecté ou inhalé. A l’heure actuelle, en France, on considère que le Subutex pourrait être l’une des substances les plus consommées comme drogue, après la Cocaïne et le cannabis. Il existe d’ailleurs un important marché noir du Subutex… En Tunisie, il est devenu pratiquement la drogue numéro 1.

 

NO COMMENTS